vendredi 31 octobre 2014

Surgères : Pour les Amoureux Fous du Patrimoine



Situé sur la limite orientale du département de la Charente Maritime, Surgères qui tient son nom de sa position sur la petite rivière de la Gère, était jadis l'une des quatre baronnies relevant du Comté de Benon, dont les dépendances englobaient les deux-tiers de l'Aunis.
En 1345, Surgères était déjà une ville importante et la guerre s'étant rallumée en France contre l'Angleterre, Edouard III envoya Henri Lancastre, Comte de Derby, commencer les hostilités en Guyenne. Le général anglais s'empara d'abord de Mirambeau et d'Aulnay-de-Saintonge, s'avançant jusque devant Surgères qu'il surprit et qu'il dota d'une forte garnison ; mais en 1351, les Rochelais en chassèrent les Anglais. En 1372, Surgères qui était retourné sous la domination anglaise par suite du Traité de Brétigy, fut assiégé par le Connétable Duguesclin qui força l'ennemi à se retirer et à se réfugier dans la Tour de Broue qu'il devait du reste enlever peu après.
Louis XII vint en 1472 à Surgères où il reçut les députés de La Rochelle, puis fit raser le château. Son successeur, Charles VII, le fit reconstruire et pendant les Guerres de Religion, ville et château furent alternativement occupés par les Catholiques et les Protestants. Le Prince de Condé et Henri IV, alors qu'il n'était que Roi de Navarre, y séjournèrent à différentes reprises ainsi que Louis XIII durant le siège de La Rochelle, en 1628.
L'ancien Château de Surgères, encore bien conservé, est flanqué de vingt tours en pierre de taille et était, voici encore un siècle, entouré d'un large fossé "abreuvé" par la Gère qui baigne le pied du château au midi et va se jeter dans la Charente à la Chaussée de Charras, près de Rochefort.



La curiosité de Surgères est son église, ancienne église du château, plusieurs fois ruinée et réédifiée, qui se singularise par son architecture des XIème et XIIème siècles. Prosper Mérimée, à qui l'on doit tant, écrivait à son sujet : "Bien que blasé, j'ai trouvé à m'extasier devant son église ; je ne trouve rien de plus beau que sa façade". Cette exceptionnelle et large façade romane historiée aux multiples arcades, avec ses étranges figures de tarasques et de gorgones au frontispice, accuse une origine très ancienne. Le clocher, non moins ancien que le reste de l'édifice, est également remarquable par la construction étrange de ses trumeaux formés de plusieurs colonnes cylindriques accolées les unes aux autres et supportant un dôme en hexagone.




Hélène de Surgères, l'une des filles d'honneur de la Reine Catherine de Médicis a été célébrée par le poète Ronsard. Surgères a également donné naissance à Raymond Pérault, qui fut honoré de la pourpre romaine par le Pape Alexandre IV et fut connu sous le nom de Cardinal de Gurk (1495).
Devenu bien communal, le château de Surgères, avec son église romane sont d'un immense intérêt patrimonial et forment un ensemble surprenant au coeur d'une vaste enceinte où l'on peut également admirer une superbe porte Renaissance armoriée et décorée d'un élégant fronton et de fines colonnes.



François Hagnéré
(Photos de l'auteur)

lundi 27 octobre 2014

Comment je suis "entré en Patrimoine" à Cluny

Au début de l'année 2007, je suis venu m'installer à Cluny (71) pour y goûter un repos que l'on dit bien mérité… Je connaissais cette petite ville seulement pour son abbaye ; je n'imaginais pas ce que la ville allait me réserver… Nous avons acheté une maison dont l'annonce disait : “d'origine médiévale, elle s'adresse à un amoureux de l'architecture et du patrimoine”.

PATRIMOINE ! le mot est lâché ! 


J'ai, peu à peu, fait connaissance avec le patrimoine de l'abbaye et surtout avec celui de la cité abbatiale en même temps que celui de ma maison. Sur les conseils de notre ABF (architecte des bâtiments de France), j'ai d'abord sondé les murs, les sols, les plafonds, et je suis allé de surprise en surprise, de découverte en découverte, et, après plusieurs mois d'études, j'ai établi un projet d'aménagement, un programme de travail et recherché patiemment de bons artisans.J'ai aussi appris à connaître des intervenants nouveaux pour moi : l'ABF, et le PSMV, “plan de sauvegarde et de mise en valeur” qui remplace le PLU dans une centaine de villes ou de secteurs de villes, dont Cluny.
Extrait du PSMV concernant notre maison. Lors de l'achat, personne ne m'a parlé de cette "chose". J'ai découvert après l'achat qu'une partie de la maison était "à démolir" !
Sondage en façade : la porte médiévale apparaît.
Sondage révélant une fenêtre et la pierre d'évier…
 
Très important : j'ai habité la maison pendant tous les travaux, même les moments les plus difficiles, ce qui m'a permis de faire des découvertes qui auraient échappé aux artisans, et de modifier mes plans en fonction de celles-ci : fenêtres murées, cuisine médiévale, salle souterraine, et surtout des peintures murales de trois époques, que je fais restaurer par petites étapes…
Cécilia Billaud restaure une peinture murale réalisée pendant la Révolution Française !
 
 J'ai aussi trouvé beaucoup de petit "mobilier", des restes de la vie quotidienne, céramique, manuscrits, vêtements, jouets… Petit-à-petit, j'ai pu écrire quelques pages de l'histoire de ma maison, en tentant d'expliquer mes trouvailles par de longues séances aux archives municipales.
Après sept ans, tout n'est pas fini, mais la maison est tout à fait viable. Comme le patrimoine est devenu ma passion, je n'ai de cesse de la partager en ouvrant ma porte le plus souvent possible ; j'ai déjà reçu 3300  visiteurs, dont un millier de scolaires !
 
À présent, je tente d'offrir un peu de mon enthousiasme aux autres, 
pour que vive notre PATRIMOINE !  

 Jean-Luc Maréchal

La façade a livré ses secrets, pour le plaisir des touristes, et pour le mien !
Mon modeste musée surprend beaucoup ! C'est en effet assez inattendu…

samedi 25 octobre 2014

Le mot d'Alexandra:


Monsieur le Président de la République nous fait part aujourd'hui de son respect pour la culture française! Je cite:
"Le talent d'une nation se mesure à la place qu'elle accorde à ses artistes"
"La France est le pays des grands musées"
"Le rayonnement de la France, c'est le rayonnement de sa culture!"
Certes, je partage ces affirmation, mais Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs les élus, et toi, oui, toi peuple de France, ne croyez-vous pas que le rayonnement de notre pays ne passe pas déjà par le respect et la transmission du Patrimoine légué par nos ancêtres???
Le respect de la mémoire, c'est le respect de la vie et nous avons besoin de cette sève culturelle pour relever la tête, pour nous affirmer, pour exister et être fiers d'un pays qui depuis quelques années nous prive d'espoir en nous enfonçant dans les ténèbres du doute.
En détruisant ce passé qui nous est si cher, vous allez détruire ces racines et sans racines, tout comme dans la nature, point de vie n'est possible.
Oui, la France a du talent, oui la France est une grande nation et c'est une grande fierté pour moi d'être née ici.
Mais quand je vois ces images j'ai mal, j'ai honte, et je ne trouve pas les mots pour qualifier de tels actes!
Regardez ces images, regardez-la tomber, regardez-la, impuissante se faire mordre par ces mâchoires d'acier, et mourir dans une lente agonie...
regardez ces images et avant de prononcer un mot concernant la culture de la France, vous tous qui tolérez ces actes... Etes vous encore capables de vous regarder dans un miroir???

Alexandra Sobczak, présidente d'Urgences Patrimoine

Saint-Jacques d'Abbeville, la destruction

vendredi 24 octobre 2014

Le Prieuré de Trizay : un classement tardif





Après la Charente franchie sur le Pont de Saint-Clément, nous poursuivons sur deux kilomètres et nous tournons à droite vers Pont-l'Abbé d'Arnoult, laissant à droite Echillais et son église romane où l'on peut voir la colonne du grand'goule.
Après une lieue de verte campagne coupée de bois et de vallonnements se découpe sur l'horizon le clocher du coquet bourg de Trizay qui, du point de vue touristique, réserve une surprise avec les ruines imposantes de son ancien prieuré casadéen. Par ce qui reste, une fois pénétré dans l'enceinte, on peut présumer quelle devait être autrefois son importance. C'est dans la vaste cour qu'on peut juger de la beauté de l'ensemble, la salle capitulaire est extraordinaire, et l'église à la chaude patine ocrée ne lasse pas d'émouvoir. Devant ces ruines, souvenir d'une époque où l'art roman prenait son essor en Saintonge, on déplore qu'un classement comme monument historique ne soit pas intervenu plus tôt, ce qui aurait protégé ce magnifique prieuré qui avait tant souffert des Guerres de Religion puis de la pioche des démolisseurs.
Restauré à partir de 1994 après de longues années de décrépitude, les bâtiments conventuels et les vestiges de l'église sont accessibles au public et abritent un centre d'art contemporain.

François Hagnéré

(Illustrations: Les bâtiments conventuels, l'église photos par Cobber17, Wikipedia.
La salle capitulaire, vues de l'intérieur et de l'extérieur, photos par Jochen Jahnke, Wikipedia)

jeudi 23 octobre 2014

Genouillé : un charmant petit village


Genouillé est un charmant village de Charente Maritime. L'église dont on voit le clocher-mur de loin sur le monticule, était un prieuré dédié à Notre-Dame . C'est un édifice remarquable et fort curieux, la façade est encore surmontée d'un fronton à deux étages de portiques en ogives romanes du XIIème siècle; le portail a plusieurs voussures et des colonnettes à moulures romanes, les porches inférieurs présentent de belles feuilles de fougère; les trois grandes fenêtres ogivales de la deuxième assise sont pleines mais un oculus recouvert d'un tailloir dentelé donne jour à celle du milieu.
Deux vieux castels du XVIème siècle existaient sur cette commune, celui du Fief, enveloppé de douves et de fortications, était le patrimoine de l'Amiral d'Aubigny, mort en 1782, puis devint la propriété de la famille de Beaucorps à qui elle appartient toujours; une descendante a épousé M. de la Brunière dont le fils fut vicaire à Notre-Dame de Rochefort.
Les ruines du deuxième castel sont aujourd'hui en partie recouverte par un petit bois, il était jadis moins important que le précédent; on dit que les seigneurs de ces deux châteaux ne vivaient pas en bonne intelligence, leur destruction s'en suivit et les deux manoirs furent reconstruits à plus grande distance pour éviter les discussions.
La voie romaine de Mediolanum (Saintes) à Muron longe, dans cette commune d'anciens retranchements formés par des terrassements dont le Moyen-Age tirait partie pour y asseoir ses vieux castels.

François  Hagnéré
(Photo : Symac, Wikipedia).


mardi 21 octobre 2014

Les Halles de Pont-l'Abbé d'Arnoult



Pont-l'Abbé d'Arnoult (Charente Maritime) est un ancien bourg fortifié qui possède encore une magnifique église romane, un ancien prieuré (à l'abandon), une belle porte fortifiée et une superbe halle à l'endroit où se tenaient autrefois des marchés réputés.
Cette halle fut édifiée au début du XXème siècle comme l'indique l'inscription de sa façade :
"Pont-l'Abbé d'Arnoult,
A.Rousse, Maire
G.Naud, Architecte
L.Dumas, Entrepreneur
1905-1906"
Le plan en croix de la toiture d'ardoise évoque une église. Les larges baies vitrées laissent entrer la lumière à profusion et rendent l'intérieur particulièrement plaisant. Cette très intéressante halle a besoin d'une restauration. J'ai pris contact avec l'élu en charge du patrimoine que je remercie de son amabilité et de sa disponibilité. La restauration est à l'étude par le Conseil Municipal de la commune.
Espérons que nous verrons bientôt cette belle halle s'animer à nouveau et se colorer des bons produits de Saintonge.

François Hagnéré

lundi 20 octobre 2014

La naissance d' "UNE FLEUR A L'EDIFICE"


Laissez-moi vous présenter la nouvelle idée de notre présidente , Alexandra Sobczak...

Tout a commencé un jour où Alexandra est allée chez son fleuriste et comme rien ne lui échappe, elle a constaté que certaines fleurs étaient cachées derrière le comptoir. 

Elle interpelle Olivier, monsieur N°13 fleuriste, pour connaître la raison de cette mise à l'écart de si jolies fleurs. C'est alors qu'elle apprend que celles-ci seront jetées le soir même car elles sont impropres à la vente alors que de tels bouquets peuvent vraisemblablement durer une semaine... 
Soudain, une idée germe dans l'esprit d'Alexandra et toute spontanée qu'elle est, elle demande s'il serait possible d'offrir ces "fleurs de réforme" (comme Alexandra aime les nommer) pour agrémenter les églises d'Auxerre. La réponse ne se fait pas attendre : OUI !

C'est ainsi qu'UNE FLEUR A L'EDIFICE voit le jour !

Dès lors, tous ces beaux bouquets seront récupérés à titre gracieux tous les mercredis matins par les dames de la paroisse, ravies de cette belle initiative.


Alexandra Sobczak est très fière que l'association URGENCES PATRIMOINE soit à l'origine de cet élan de générosité qui n'a pu se concrétiser qu'avec la participation d'Olivier Leclerc et N°13 Fleuriste, sa boutique.

Et nous pouvons d'ors et déjà évoquer un autre partenariat à venir avec un important groupe de la grande distribution icaunaise, très motivé par le projet...



Un message tout particulier de Alexandra Sobczak, Présidente de l'association URGENCES PATRIMOINE :


"Je tiens à remercier tout particulièrement pour leur implication lors de notre réunion
Olivier Leclerc, le généreux fleuriste sans qui ce projet n'aurait pas vu le jour
Monsieur le Maire Guy Ferez, 
Monsieur Guy Paris, son premier adjoint, 
Monsieur Jean-Philippe Bailly, adjoint au Commerce, 
Madame Juliette Didierjean, directrice de la Culture, 
Marianne Durand, directrice du Pôle Art et Patrimoine 
et Monsieur Thierry Bret de France Bleu Auxerre.

Merci également à ma fille Pauline et à son amie Baya d'avoir assuré le service".





samedi 18 octobre 2014

URGENCES PATRIMOINE, LE BLOG!!!

Bienvenue à tous, amis passionnés!

Comme une évidence, après la création de l'association par 
Alexandra Sobczak, notre présidente, après la page (à aimer sans modération...) et le groupe Facebook, après le lancement des premiers projets Une Fleur à l'Edifice et Une Pierre pour l'Histoire, voici le blog afin que vous suiviez toutes les actualités d'Urgences Patrimoine et que vous puissiez nous joindre facilement!

Comment Urgences Patrimoine est née???
Tout simplement d'une, non, de deux rencontres: celles d'Alexandra avec le président passionné de l'association des amis de l'église de Saints-en-Puisaye, puis le lendemain avec un ami se demandant comment sa société pouvait aider à la sauvegarde du patrimoine... 
L'idée "un patrimoine-un mécène" a germé et Alexandra a décidé de créer une association permettant de connecter les patrimoines en périls avec des mécènes potentiels dans sa région... Elle a donc envoyé aux communes de son département un questionnaire, ne s'attendant pas à obtenir tant de réponses, et à constater le désarroi face à l'entretien de leur patrimoine, notamment leurs églises, auxquelles leurs administrés sont très attachés.
Alexandra a donc créé l'association, qu'elle pensait régionale, une page sur facebook le 11 mai 2014... et onze jours après non seulement la page a plus de 500 fans, mais Urgences Patrimoine est sollicité par toutes la France, communes, associations ou particuliers...

Aujourd'hui, avec plus de 5250 mentions "j'aime" sur la page et de plus en plus de projets en place, Urgences Patrimoine s'est attaché les services de "mousquetaires" comme aime à nous appeler notre présidente, des gens passionnés et impliqués dans la sauvegarde du patrimoine sur toute la France, qui bénévolement accompagnent les projets de sauvegarde de patrimoines les plus divers... 

Merci de vos visites, que nous espérons nombreuses et régulières, et vive le Patrimoine!