mercredi 26 novembre 2014

La curieuse église de Carnac

Dédiée à Saint Cornély que les paysans vénèrent, le 13 septembre de chaque année, en un grand pardon breton, où ils amènent leurs bestiaux pour lui demander de les préserver de l'épizootie, l'église de Carnac est un curieux exemple de mélange de style Renaissance et néo-classique du plus bel effet.
Construite en 1639, avec d'anciens menhirs, l'édifice est accompagné d'un clocher pyramidal flanqué à sa base sur le couronnement de la tour qui le supporte, de quatre petits clochetons d'angles entourés d'une galerie.


Le porche de style néo-grec, sculpté par Kergoustin en 1792, placé du côté septentrional donne accès à l'édifice. Il est formé d'un avant-corps percé d'une porte en plein cintre, ce porche est, par ailleurs, soutenu à ses angles par deux paires de colonnes doriques, surmontées d'une balustrade à jour qui se continue en retour d'angles.
Cette balustrade est couronnée par une sorte de baldaquin dans le style Jésuite, formé de trois étages de consoles superposées de dimensions de plus en plus réduites, terminées en une couronne royale surmontée d'une croix. L'ensemble ne manque pas de surprendre.


L'église renferme dans ses chapelles de beaux retables Renaissance, ornés de colonnes de marbre, les voûtes en berceau dont elle est recouverte sont en lambris décorés de magnifiques tableaux relatant la vie de Saint Cornély. Ils furent réalisés par Le Corre de Pontivy. La voûte de la chapelle du Rosaire date de 1732 et son retable est en tous points admirable.



La chaire, la clôture du choeur et la table de communion sont des oeuvres d'art exceptionnelles de la ferronnerie du XVIIIème siècle, qui méritent une attention particulière. La richesse du décor intérieur de l'église demeure un témoignage vivant de la foi chrétienne à travers les âges. Une visite en cette étonnante église reste un souvenir extrêmement attachant et en particulier quand on s'intéresse à la sauvegarde des beaux monuments en péril.



Si la petite ville de Carnac est célèbre pour ses quelques 2000 menhirs qui se dressent en alignements réguliers, comme pour évoquer une vision des temps héroïques, l'église Saint Cornély, moins connue, est l'exemple parfait d'un beau patrimoine sauvegardé et régulièrement entretenu.

François Hagnéré
Délégué d'Urgences Patrimoine pour la Charente Maritime

Crédit photographique Wikipedia: 1 - Vassil et 2, 3, 4 et 5 - Pierre André Leclerc

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire