dimanche 14 décembre 2014

Restauration de l'Eglise d'Arc-sur-Tille : une ténacité exemplaire

En novembre 1989, une pierre se détache à l'intérieur de l'Eglise d'Arc-sur-Tille, charmante commune de la Côte d'Or.  Le maire d'alors décide de sa fermeture. Puis, en l'absence de suivi quant à la restauration de l'édifice, M. André Fanjaud crée l'UEPA (Une Eglise Pour Arc-sur-Tille), association qui est officialisée en 1991.


Façade de l'Eglise d'Arc-sur-Tille (21).
 
S'en suit une excellente collaboration entre la DRAC, la commune et l'UEPA. Une étude pour la restauration est finalisée en 1995. Mais à la suite de l'élection d'un nouveau maire, la démolition de l'église est votée le 6/12/2005 et aucun remplacement n'est prévu. C'est alors qu'une grande protestation commença avec la signature d'une pétition par 29 architectes du patrimoine, des érudits, des personnalités, des bénévoles et des personnes de bonne volonté. Des milliers de signatures sont recueillies. Mais, hélas, rien n'y fait. Monseigneur Minnerath, l'évêque local, bloque alors le funeste projet en exigeant "un lieu de culte viable et pérenne" avant de désacraliser l'édifice existant. Il bloque ainsi la scandaleuse démolition.


On fait appel en justice. Le maire est alors débouté. Puis deux inspecteurs généraux mandatés par le Ministère de la Culture donne leur avis. Il est sans appel : "les avis alarmistes sont infondés". En 2008, une municipalité ouverte au dialogue est élue. Elle fait nettoyer les 4,8 tonnes de fientes de pigeons qui avaient squatté l'édifice. C'est l'UEPA qui finance cette opération. Puis les mécènes et les  particuliers font de nouveaux dons à l'association.
De très nombreux articles de presse, des émissions de télévision, et un incessant travail de  communication font le reste. Il faut sauver Arc-sur-Tille ! L'église est à présent en plein travaux, je vous passe les détails techniques, le site de l'association est à ce sujet fort bien documenté, les photos sont abondantes et de grand qualité.
C'est un chantier colossal pour un édifice splendide de 1829. Son style est typique de la Restauration, l'intérieur est superbe d'élégance et de majesté. Je vous invite à le découvrir sur le site de l'UEPA. Le choeur somptueux est orné de reproductions de tableaux célèbres dont la Cène de Vinci, et une oeuvre de Flandrin (Baptême du Christ) et de Raphaël (Mariage de la Vierge). On peut y voir un admirable maître-autel en marbre de style Renaissance florentine.
J'ai consacré plusieurs articles à cette merveille.
Mon ami André Fanjaud, Président de l'UEPA, à qui je voudrais rendre hommage, a eu un immense mérite. La renaissance de ce beau sanctuaire d'Arc-sur-Tille est sa passion, c'est aussi son oeuvre et celle de tous les bénévoles et amis de cette magnifique cause.
C'est volontairement que je ne mets pas davantage de photos, pour vous inviter à les découvrir sur le site de l'UEPA, voir l'ampleur des travaux et faire un petit don. Merci à vous !

François Hagnéré
Délégué d'Urgences Patrimoine pour la Charente Maritime.

Photos reproduites ici avec l'aimable autorisation de l'UEPA.

1 commentaire:

  1. Quel plaisir de lire de nouvelles comme celle-là, qui montre que tout est possible !

    RépondreSupprimer